Inde

Nalanda-vue_generale-2.JPGL’université de Nālandā inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO

Le 15 juillet dernier, l’UNESCO a décidé l’inscription des vestiges archéologiques de la célèbre université bouddhique de Nālandā sur la liste du patrimoine mondial.

Le site du Mahāvihāra (le « grand monastère ») de Nālandā est situé dans l’état du Bihar, au nord-est de l’Inde. Il s'agit des vestiges archéologiques d’une institution monastique et scolastique en activité du IIIe siècle av. J.-C. au XIIIe siècle de notre ère. Il comprend des stūpa, des sanctuaires, des vihāra (bâtiments résidentiels et éducatifs) et d’importantes œuvres d’art en stuc, en pierre et en métal. Nālandā se distingue comme la plus ancienne université du sous-continent indien, une institution qui a transmis le savoir de façon organisée sur une période ininterrompue de 800 ans. Le développement historique du site témoigne de l’évolution du bouddhisme et de l’épanouissement des traditions monastiques et éducatives.
A son apogée, l'Université de Nālandā comptait plus de 1.500 enseignants et 10.000 étudiants de très haut niveau, qui venaient de tout le monde bouddhiste : d’Inde, de Ceylan, du Bengale, du Tibet, d’Indonésie, d’Asie centrale, de Chine et du Japon... Les vestiges archéologiques ont été découverts au début du XXe siècle. L'Université avait été détruite par un incendie, par les envahisseurs moghols, en 1193.

Pour en savoir plus : voir, sur notre site, le Dossier consacré à l'université de Nālandā

source : www.buddhistdoor.net