Chine

Un célèbre site du bouddhisme tibétain démoli

Serthar-Sichuan.jpgLes autorités chinoises ont entamé la démolition forcée d'habitations autour d'un des plus célèbres institut d'études du bouddhisme tibétain, Larung Gar, suscitant les protestations d'associations qui ont dénoncé une grave restriction à la liberté religieuse.
La démolition des logements destinés aux étudiants et apprentis moines et nonnes de l'institut, situé dans la province du Sichuan, dans le sud-ouest de la Chine, a commencé à la mi-juillet. En juin, les autorités communistes ont ordonné que le nombre des quelque 10.000 étudiants, moines et nonnes vivant autour de l'institut - également connu sous le nom de Serthar (ou Seda en chinois) -, soit réduit de moitié, à pas plus de 5.000, a rapporté de son côté une autre organisation de défense de la cause tibétaine basée à l'étranger, Free Tibet, dans un courriel. Ces démolitions s'inscrivent dans un ensemble de mesures du gouvernement chinois qui restreint sévèrement la liberté religieuse des bouddhistes tibétains, a écrit le président de l'ICT, Matteo Mecacci.
Serthar est situé à 4.000 mètres d'altitude dans une zone ethniquement tibétaine du Sichuan et isolé à des centaines de kilomètres de la ville la plus proche. Fondé en 1980 dans une vallée inhabitée, l'institut est devenu un des plus fameux centres du bouddhisme tibétain dans le monde, attirant des milliers de jeunes moines et nonnes qui vivent dans des petites maisons en bois tout autour de l'institut et dans les hauteurs avoisinantes.

Pour en savoir plus :
=> sur le site de Romandie.com
=> sur le site de La Tribune de Genève