Les écoles du bouddhisme en Asie

picto classpicto class - Niveau : 1

Tarifs

Cours annuel (225 €) en salle225€Valide jusqu'au 31/08/2019picto class
Cours annuel (225 €) en différé225€Valide jusqu'au 31/08/2019picto class
Cours annuel (180 €) en salle - tarif réduit180€Valide jusqu'au 30/11/-0001picto class
Cours annuel (180 €) en différé - tarif réduit180€Valide jusqu'au 30/08/2019picto class

Présentation du cours

Cycle de 10 séances proposant une approche historique, consacrée à la présentation des courants et des écoles qui se sont développés en Inde puis hors de l'Inde, que ces écoles aient finalement disparu ou qu'elles aient poursuivi leur développement jusqu'à aujourd'hui.

Ces cours ont lieu de 10 h à 13 h, dans nos locaux du CIDEB (29 boulevard Edgar-Quinet 75014 Paris)

Les étudiants reçoivent en début d’année un fascicule de cours, comprenant un synopsis détaillé du sujet abordé dans chaque séance, des documents d’illustration (textes et images) et de bibliographies.
Chaque séance fait l'objet d'enregistrements audio et vidéo qui sont mis à disposition des étudiants sur le site de l'IEB.
Les étudiants disposent aussi de la possibilité, entre chaque séance, de poser des questions et demander des précisions aux enseignants.

Les enseignants

trotignon dominiqueDominique Trotignon, Directeur pédagogique de l’IEB, président honoraire de l’Association Bouddhique Theravāda « Vivekārāma », il effectue des travaux de synthèse et de réflexion sur le bouddhisme ancien de l'Inde et le Theravāda d'Asie du Sud-est, ainsi que sur l'implantation du bouddhisme en France. Il est l'auteur de La mort est-elle une fin ? (Salvator) et a aussi participé à la rédaction de plusieurs ouvrages collectifs, dont ceux de la collection « Ce qu'en disent les religions » sur le thème Les femmes et les religions et La Création du Monde (éd. de l'Atelier, 2002 et 2004).

cornu philippePhilippe Cornu, président d’honneur de l’IEB, a étudié le bouddhisme sous la direction de maîtres du bouddhisme tibétain,  nyingma et bönpo. Il est docteur en ethnologie religieuse, chargé de cours à l’INALCO et professeur à l'Université catholique de Louvain-la-Neuve (Belgique). Il a publié plusieurs traductions de textes fondamentaux du bouddhisme : La Magie de l'Eveil, de Padmasambhava (Seuil, Points-Sagesses), Le Miroir du coeur, Tantra du Dzogchen (Le Seuil, Points-Sagesses) ou le Soûtra du Diamant(Fayard, coll. Trésors du bouddhisme, 2001). Il est aussi l'auteur de La Terre du Bouddha (Seuil, 2005) et du Dictionnaire encyclopédique du bouddhisme (Seuil, 2001-2006).

despeux catherineCatherine Despeux, sinologue, chercheur au CNRS, professeur honoraire de l'Inalco en langue et philosophie chinoises, administratrice honoraire de l’Institut d’Etudes Bouddhiques, est une spécialiste de l'histoire de la médecine et des religions chinoises. Elle a notamment traduit Le Sûtra de l'Eveil parfait et Le Traité de la Naissance de la foi dans le Grand Véhicule (coll. "Trésors du Bouddhisme", Fayard 2005) et dirigé l'édition de Bouddhisme et lettrés dans la Chine médiévale (Peeters, 2002).

Rommeluere EricÉric Rommeluère est membre de l'IEB depuis sa création, fondateur et responsable de l'association « Un Zen Occidental », Éric Rommeluère pratique le zazen depuis plus d'une trentaine d'années et a reçu, en 2011, à Tôkyô, la "transmission du dharma" (jap. shiho) du maître japonais Gudô Nishijima, traducteur et commentateur des œuvres du maître zen Dôgen. Il a aussi publié plusieurs ouvrages consacrés au Zen ou, plus généralement, au bouddhisme : Les fleurs du vide (Grasset, 1995), Les bouddhas naissent dans le feu (Seuil, 2007), Le bouddhisme n'existe pas (Seuil, 2011), Le bouddhisme engagé (Seuil, 2013), Se soucier du monde (Almora, 2014), Le kesa conforme au dharma (Les Nuages blancs, 2014).

ducor jeromeJérôme Ducor, président de l’IEB, titulaire d'une licence en histoire des religions et d'un doctorat en japonologie à l'Université de Genève, est privat-docent de l'Université de Lausanne et conservateur du département Asie du Musée d'ethnographie de la Ville de Genève. Il a reçu l'ordination et la maîtrise de l'école bouddhique Jōdō-Shinshū ("Ecole Vraie de la Terre Pure") et est responsable du temple Shingyoji de Genève. Il a notamment publié : Shinran. Un réformateur bouddhiste dans le Japon médiéval (Infolio, 2008), Le Sūtra d'Amida prêché par le Buddha (Société Suisse-Asie, Peter Lang, 1998). Il est aussi le responsable du site Internet "Buddhist Resources Links Pitaka".

code de référence sur notre calendrier récapitulatif (à télécharger) : « Intro 2 »



Leçons

Intro 2.1 : Les écoles indiennes abhidharmiques

Issues du bouddhisme ancien, différentes écoles indiennes ont poursuivi le développement de l’enseignement bouddhique par la constitution de traités d’Abhidharma. Ce cours propose d’en découvrir les quatre principaux courants et leurs grandes caractéristiques, dans leur principe et leurs principales évolutions, notamment en ce qui concerne la notion de karman et de sa rétribution.

  • Download file : Documents à télécharger - Intro-2 - séance 01
Dominique Trotignon
27/10/2018

picto class
Intro 2.2 : L’émergence du Mahāyāna

C'est au sein des écoles anciennes que le Mahāyāna est d'abord apparu, comme une réforme interne du milieu « monastique », prônant un retour aux sources. Au fil des siècles, il connaîtra des évolutions doctrinales et pratiques qui modifieront graduellement sa place au sein de la communauté bouddhique et donneront finalement naissance à une nouvelle école, en Asie centrale et en Chine, puis finalement aussi en Inde, aux alentours du Ve siècle de notre ère.

  • Download file : Documents à télécharger - Intro-2 - séance 02
Dominique Trotignon
24/11/2018

picto class
Intro 2.3 : Le Theravāda et ses courants

Fondé sur le canon pāli - le premier à avoir été fixé par écrit - le Theravāda n'apparaît formellement qu'au Ve siècle de notre ère, dans l'île de Ceylan, comme une réaction traditionnaliste aux évolutions du Mahāyāna. Développant des caractéristiques spécifiques, il se diffusera dans toute l'Asie du sud-est, supplantant d'autres écoles qui s'y étaient précédemment implantées, tout en continuant à évoluer jusqu'à aujourd'hui...

Dominique Trotignon
15/12/2018

picto class
Intro 2.4 : Les écoles bouddhiques tibétaines

Les écoles bouddhiques tibétaines s'appuient toutes sur un socle monastique et mahayanique auquel se superposent les pratiques du Vajrayāna, cet ensemble complexe provenant majoritairement des enseignements du bouddhisme indien. Ce qui les différencie est l'existence de lignées distinctes et leur histoire, les choix philosophiques préférentiels et les tantra appliqués dans une école donnée. Il existe quatre principales écoles actuellement mais elles ont été plus nombreuses par le passé. Seront abordées les caractéristiques essentielles de chacune de ces écoles.

Philippe Cornu
19/01/2019

picto class
Intro 2.5 : Le Dzogchen dans les écoles du Tibet

Dzogchen signifie « Grande Perfection » et désigne notre dimension éveillée primordiale, au-delà des caractéristiques relatives des méthodes, des écoles ou des courants. Non tantrique, le Dzogchen se présente comme la voie de l'autolibération et ne s'appuie nullement sur l'esprit conceptuel. Cependant, le Dzogchen, conçu comme une voie donnant accès à l'Éveil et issue de lignées spirituelles, est surtout enseigné dans les deux écoles tibétaines les plus anciennes, l'école Nyingmapa et l'école Youngdroung bön, mais il est aussi apprécié par des maîtres d'autres écoles comme l'école Kagyüpa notamment.

Philippe Cornu
02/02/2019

picto class
Intro 2.6 : L’école chinoise Huayan

Cette école tire son nom du texte de base qu’elle honore, le Huayan jing, « Sūtra de l’ornementation fleurie » (Avataṃsakasūtra). Nous présenterons les origines et le développement de cette école majeure du bouddhisme chinois, aussi importante que l’école Tiantai ou l’école Chan (Zen). Puis, certains points de doctrine seront exposés, notamment l’interpénétration du shi, les « phénomènes » et du li, l’« Absolu », et les rapports entre l’unité et la multiplicité.

Catherine Despeux
23/02/2019

picto class
Intro 2.7 : L’école du Chan / Zen

Issue des lignées de transmission de la pratique du dhyāna en Chine, l'école du Chan n'apparaît historiquement qu'à la fin du VIIe siècle. Elle se caractérise par des méthodes spécifiques, notamment la « transmission directe d’esprit à esprit » - qui aurait été introduite en Chine, au VIe s. par un certain Bodhidharma - comme aussi la pratique des "cas public" (kōan). Représentée par plusieurs courants, elle se développe rapidement et se diffuse en Corée, au Viêtnam et au Japon (où elle prend le nom de Sōn, Zen et Thiên), et même, temporairement, au Tibet

Eric Rommeluère
16/03/2019

picto class
Intro 2.8 : Les écoles de la Terre Pure

L'enseignement sur la "Terre Pure" des Buddha et la possibilité d'y renaître est l'un des plus anciens témoignages du Mahāyāna en Inde. Il donnera naissance, en Chine, à une école spécifique qui ne cessera d'évoluer tout en se diffusant dans tout l'Extrême-Orient. Présent aujourd'hui en Chine, au Vietnam et au Japon, c'est surtout dans ce dernier pays qu'il connaîtra ses évolutions les plus abouties, qui en font l'un des courants les plus originaux du Mahāyāna.

Jérôme Ducor
13/04/2019

picto class
Intro 2.9 : Les écoles du « Sūtra du Lotus » (Tendai & Nichiren )

L’école chinoise Tiantai (jap. Tendai) constitue l’une des premières écoles proprement chinoise du bouddhisme. Fondée principalement sur le « Sūtra du Lotus », elle fut introduite au Japon où elle s’enrichit des traditions du zen, du tantrisme et de la discipline du Grand Véhicule. Elle fut le berceau de tous les fondateurs des écoles japonaises ultérieures de la Terre Pure et du Zen. Parmi eux se trouve aussi Nichiren (1222-1282), moine polémique qui prôna un retour à la pureté originelle de la doctrine du « Sūtra du Lotus ».

Jérôme Ducor
18/05/2019

picto class
Intro 2.10 : L’école tantrique japonaise du Shingon

Le bouddhisme tantrique fut introduit au Japon en 806 par le maître japonais Kūkai, à son retour de Chine. Dans ce pays, le tantrisme – ou ésotérisme (mikkyō) – en était encore à ses débuts, et c’est Kūkai qui en acheva brillamment le système. Son école se caractérise par une philosophie subtile, influencée par l’école Kegon (ch. Huayan), ainsi que par un rituel sophistiqué et un recours important à l’iconographie.

Jérôme Ducor
15/06/2019

picto class