Documents d'études

Vous trouverez dans cet espace une sélection de documents qui vous permettront d'approfondir les sujets qui vous intéressent déjà ou d’en découvrir de nouveaux. L’Institut développe régulièrement cette base de données comportant des textes, des vidéos, des photos et documents graphiques. Afin de vous aider dans votre recherche de documents, nous vous proposons différents modes de recherche : 1) lorsque vous ouvrez la page, s’affiche la liste des documents les plus récemment mis en ligne, 2) un moteur de recherche intelligent vous permet deffectuer une recherche en saisissant un mot-clé 3) tous les documents sont renseignés par des "tags", sortes d'étiquettes caractérisant son contenu ou son type ; un document peut reçevoir plussieurs tags et vous pouvez naviguer entre les différents tags et documents taggués.

On appelle "Routes de la Soie" un réseau ancien de routes commerciales entre l'Asie et l'Europe, qui reliait la Chine (et son ancienne capitale, Lo-Yang), à l'est, à la ville d'Antioche, en Syrie médiévale (aujourd'hui Turquie), à l'ouest. Ce nom vient de la plus précieuse marchandise qui y transitait : la soie.
Ces routes commerciales servirent aussi, durant les très nombreux siècles de son utilisation, au transfert des idées et, notamment, des religions. Le christianisme nestorien voyagea ainsi du Proche-Orient jusqu'en Chine ; le bouddhisme, de son côté, se diffusa par là en Asie centrale et, plus loin encore, de Chine jusqu'en Corée et au Japon.

Les "Routes de la Soie"

On distingue, sur la carte ci-dessous, deux principales "routes de la Soie" :
- une route terrestre qui, au départ du Gandhara, rejoint la Chine du nord (et sa capitale ancienne Lo-yang) en contournant le désert du Takla-makan (pour plus de détails, voir la carte ci-dessous), à travers la région qu'on appellera "Sérinde"
- une route maritime qui, longeant les côtes de l'Indochine, passe par le détroit de Malacca (entre Sumatra et la péninsule malaise) pour rejoindre la Chine du Sud (région de Canton) en longeant les côtes de l'Annam

Vers l'Occident, ces deux routes se poursuivaient :
- par terre, à travers l'Iran (Samarcande) jusqu'au Moyen-Orient et l'Europe (Byzance et Rome)
- par mer, à travers la mer d'Oman, jusqu'en Arabie.

document carte routes soie



Cette autre carte met bien en évidence l'importance de la région du Gandhara dans l'histoire de la diffusion du bouddhisme vers l'Extrême-Orient, et donc aussi celle des écoles qui y résidaient.

document carte serinde

C'est à partir du début de l'ère chrétienne que cette diffusion du bouddhisme connut son expansion la plus importante, alors que le roi kushan Kanishka (né à Balkh) choisit la ville de Taxila comme capitale d'un vaste empire englobant l'Inde du nord et le Gandhara, dont l'influence se ressentit jusque dans les villes-états d'Asie centrale (Sérinde) : Kachgar, Khotan, Koucha...
La ville de Dun-Huang, porte d'entrée de l'Empire du Milieu, ouvrait la route vers la capitale ancienne de Chine du nord : Lo-yang. Cette situation "charnière" explique qu'elle demeura pendant près de mille ans l'une des villes-monastères bouddhistes les plus importantes d'Asie.